Connaissez-vous vraiment les nouveaux droits des pharmaciens?

Le 20 juin 2015 est entrée en vigueur la Loi 41, Loi modifiant la Loi sur la pharmacie de son petit nom. Cette loi permet d’élargir le champ d’activités des pharmaciens, pour le bénéfice des patients. Juin 2015, ça va bientôt faire 2 ans. Je me suis donc dit que c’était un sujet un peu «out», mais j’ai tout de même demandé à mon copain s’il savait ce que cette loi faisait, quels étaient les nouveaux actes des pharmaciens. Il m’a répondu que ça avait «rapport avec les prescriptions», mais qu’il n’était pas trop sûr. Étudier fort 7 jours sur 7, parler de pharmacie, rêver à la pharmacie, manger de la pharmacie et être trahie quant à ses compétences professionnelles dans sa propre maison! Donc, pour la clientèle qui prend peu de médicaments, pour ceux qui voient leur médecin souvent et pour ceux qui ont déjà eu recours à nos nouveaux actes, mais veulent tout de même en savoir plus, cet article est pour vous!

En plus, le mois de mars est le Mois de la sensibilisation au travail du pharmacien. Ça tombes-tu pas bien un peu mon affaire! On dirait que c’t’arrangé avec le gars des vues! (Indice : Ça l’est.)

l46cbbuxkafwgjiaa
Crédit photo : Lil Dicky

Les nouvelles activités sont au nombre de 7. Il est à noter que bien que tous ces actes soient permis à tous les pharmaciens, ceux-ci restent maîtres de leur décision quant à leur application. En gros, un pharmacien évaluera la situation d’un patient et se servira de son jugement professionnel afin de décider s’il applique l’activité ou non. De plus, certains actes requièrent des formations supplémentaires pour être appliqués, donc il se peut que certains pharmaciens ne puissent pas effectuer tous les actes pour l’instant.

Petites définitions «maison» avant de débuter (Pour mettre en contexte, plusieurs exceptions non mentionnées ici s’appliquent)

Ordonnance : Le bout de papier que vous remet votre médecin et que vous devez remettre ensuite au pharmacien. Ce bout de papier peut aussi être faxé directement à la pharmacie ou dicté au pharmacien. Il s’agit d’une autorisation à servir un médicament ou un bien médical.

Prescrire (Verbe) : Acte de rédiger une ordonnance. Il s’agit d’un acte réservé à certains professionnels de la santé. Des lois régissent qui peut prescrire et qu’est-ce qui peut être prescrit par qui.

 .

  1. Prolonger une ordonnance d’un médecin

L’objectif principal de cet acte est d’éviter que le traitement médicamenteux soit interrompu. Par exemple, un patient prenant des médicaments pour l’épilepsie pourrait avoir une crise ou ressentir des effets secondaires de retrait si le traitement était cessé. Il est donc possible pour le pharmacien de prolonger pour aussi longtemps que la prescription était valide, le maximum ayant été fixé à 12 mois. Pour donner un exemple, un médicament prescrit pour 6 mois pourra être prolongé pour 6 mois tandis qu’un médicament prescrit 16 mois pourra être prolongé pour 12 mois seulement. Le pharmacien peut aussi décider de prolonger moins longtemps que ce que la loi permet s’il considère que la condition du patient le requiert. On laisse au pharmacien cette évaluation, car lorsqu’il prolonge, il prescrit en son nom. Comme la responsabilité de l’acte lui revient, il doit avoir bien évalué la situation.

Il est important de noter que cette prolongation ne remplace pas le médecin. Je le rappelle, elle est simplement là pour éviter qu’une médication chronique ne soit cessée abruptement et que la santé du patient soit remise en cause.

Autres petites restrictions, l’ordonnance initiale doit avoir été rédigée par un médecin. Pas un dentiste, pas un podologue, un médecin! Et le pharmacien doit prévenir le médecin de la prolongation. De plus, les stupéfiants, drogues contrôlées et substances ciblées (Certains médicaments pour la douleur ou pour l’insomnie font partie de ces catégories) ne peuvent être prolongés. De toute façon, la prescription de ces produits est déjà pas mal régi serrée à la base.

v4yfyxz5xdewy
Crédit photo : Admiralpotato.tumblr.com

.

  1. Ajuster l’ordonnance d’un médecin en modifiant certains paramètres

Il existe 4 ajustements possibles :

  • La forme du médicament : Le médicament est un comprimé oral et le patient a de la difficulté à avaler? Certains médicaments existent aussi en liquide!
  • La posologie : Des fois, le moment de la journée pour la prise du traitement ne convient pas. Pis aussi, des fois, on préfère que le patient prenne le traitement à un moment moins optimal, mais qu’au moins, il le prenne!
  • La quantité : Le médecin inscrit un certain nombre de comprimés sur sa prescription. Et ça peut être plus adapté un autre nombre parfois.
  • La dose : Il peut s’agir d’assurer la sécurité du patient ou l’atteinte de cibles thérapeutiques.

De façon plus détaillée, concernant l’ajustement de la dose afin d’assurer la sécurité du patient, le pharmacien peut vouloir :

  • Diminuer les effets secondaires et améliorer la tolérance au traitement.
  • Gérer les interactions médicamenteuses : Car celles-ci peuvent augmenter ou diminuer les effets.
  • Prévenir la défaillance d’un organe : Certains médicaments auront un effet négatif sur par exemple, la fonction rénale, mettant en danger la fonction à long terme des organes assurant cette fonction.
  • Prendre en compte la fonction rénale ou hépatique : Si les reins (Fonction rénale) ou le foie (Fonction hépatique) ne fonctionnent plus aussi bien que la normale, ils ne remplissent plus leur action sur l’élimination et l’activation de certains médicaments. Il faut donc modifier le dosage en conséquence pour permettre l’efficacité ou éviter des effets secondaires.
  • Prendre en compte le poids : Certains médicaments doivent être ajustés pour un poids en dessous ou au-dessus de la «normale».
  • Corriger une erreur manifeste de dosage : Hé oui! La perfection n’existe pas. Même si je considère que les médecins et (surtout) les infirmières en sont proches!

Concernant l’atteinte de cibles thérapeutiques, celles-ci doivent avoir été fournies par le médecin traitant, ainsi que les limites ou les contre-indications particulières. Ces cibles peuvent être des valeurs de tensions artérielles, par exemple.

Autres petites restrictions, le pharmacien doit vous informer de la modification qu’il a faite, ainsi que votre médecin s’il a modifié la dose. Encore une fois, l’ordonnance initiale doit avoir été rédigée par un médecin et les stupéfiants, drogues contrôlées et substances ciblées ne peuvent être ajustés.

.

  1. Substituer au médicament prescrit un autre médicament de la même sous classe thérapeutique lors d’une rupture d’approvisionnement

Si votre pharmacien vous annonce que votre médicament est en rupture d’approvisionnement, je vous assure qu’il est à ce moment, aussi découragé que vous. Cette situation complique le service du médicament, en plus de vous mettre à risque d’interruption de traitement.

Mais avant tout, comment ça arrive c’te malheur-là? Il y a toutes sortes de raisons qui peuvent entraîner un arrêt de production ou de distribution. Et oui, ça arrive même pour des médicaments «full» importants. Par exemple, il peut y avoir un problème au niveau de l’approvisionnement de la matière première ou une petite erreur sur la chaîne de travail qui place en «stand-by» toute la production jusqu’à ce qu’une décision soit prise. Pour avoir travaillé dans une usine pharmaceutique, croyez-moi, ça en prend pas gros pour «stopper» une production! Et c’est normal. Quand on parle de médicaments, on parle de substances que les gens vont appliquer sur leur corps, avaler, s’injecter. Les normes sont hyper strictes afin d’assurer la sécurité et l’efficacité du produit. Donc, si ça vous arrive, c’est malheureux, mais le pharmacien n’y est pour rien, la compagnie non plus! Vaut mieux ça qu’un médicament défectueux et potentiellement dangereux, hein?

Pour en revenir au sujet principal, le pharmacien peut procéder à une substitution s’il n’arrive pas à trouver votre médicament dans 2 pharmacies avoisinantes et chez 2 grossistes reconnus (Compagnies qui vendent et distribuent des médicaments). Et quand on parle de substitution, on ne parle pas de changer un médicament de marque originale pour une marque générique ou une marque générique pour une autre marque générique. On parle de changer un médicament pour un autre dans la même classe sous-thérapeutique, la même famille. Pour déterminer les sous-classes thérapeutiques, les pharmaciens se basent sur la liste RAMQ de classification des médicaments, qui elle-même se base sur la classification de l’Amercian Society of Hospital Pharmacists.

c6jqpeuszuyvq
Crédit photo : James Franco – The Interview

Pour cet acte, le pharmacien peut le faire sur une ordonnance de n’importe quel prescripteur. Donc, pas seulement des médecins! Il doit cependant informer le prescripteur du changement.

.

  1. Prescrire certains médicaments lorsqu’aucun diagnostic n’est requis

Il y a certaines situations rencontrées en pharmacie qui ne nécessite pas un diagnostic, mais qui requièrent quand même une évaluation afin d’offrir un traitement.

Qu’il s’agisse de cessation tabagique, de contraception orale d’urgence (COU), de nausées et vomissements de la grossesse, de supplémentation vitaminique en périnatalité, de diarrhée du voyageur, de la prévention de la malaria (Paludisme), du mal aigu des montagnes et des poux, le pharmacien a maintenant le droit de vous prescrire le traitement approprié. S’ajoute aussi la contraception hormonale pour 3 mois suite à la prise de la COU, la prophylaxie antibiotique chez les porteurs de valve (Un antibiotique donné avant certaines interventions médicales, par exemple le dentiste, chez les gens un peu cyborg, entre autres) et la prophylaxie cytoprotectrice (Des beaux mots qui ont l’air ben intelligents pour dire qu’on donne un médicament qui diminue l’acidité gastrique pour protéger l’estomac des médicaments qui sont un peu «rough» avec).

Naturellement, chaque patient ayant des conditions de santé et une situation clinique propre, il se peut que le pharmacien ne puisse quand même pas prescrire de traitement pour l’une de ces conditions et qu’il doive référer le patient. Un bel algorithme est disponible pour aider à la décision, même si le jugement clinique et professionnel prévaut dans toute situation.

Il est aussi à noter que ce ne sont pas tous les traitements qui sont disponibles pour la prescription du pharmacien. Pour un arrêt tabagique par exemple, seuls les remplacements nicotiniques sont permis; timbres transdermiques, gommes, etc.

.

  1. Prescrire un médicament pour certaines conditions mineures

Une condition mineure est un problème de santé courant ou qui est facilement reconnaissable et traitable. Il s’agit souvent de problèmes récurrents.

Ils ont fait ça simple. Le pharmacien peut retourner dans votre dossier jusqu’à 4 ans en arrière, trouver une ordonnance d’un médecin ou d’une infirmière praticienne spécialisée (IPS) qui a évalué la condition en question et vous prescrire le même traitement! (Exceptions : Jusqu’à 2 ans pour les hémorroïdes et les douleurs menstruelles et jusqu’à 1 an pour l’infection urinaire). Bon, encore une fois, il devra évaluer votre situation d’abord et décider si oui ou non, il veut ou peut prescrire. Le pharmacien a encore une fois accès à un bel algorithme pour prendre sa décision, même si son jugement clinique et professionnel prévaut dans toute situation.

Il y a 12 conditions mineures permises : Acné mineure, aphtes buccaux (Les ulcères dans la bouche, le truc qui fait ben mal pis qu’on comprend jamais d’où y’arrive), conjonctivite allergique, dysménorrhée primaire (Un beau mot pour dire douleurs menstruelles), eczéma (Faible à modéré. On joue pas au dermato!), érythème fessier, hémorroïdes, herpès labial, infection urinaire chez la femme (Chez l’homme, l’infection urinaire est toujours considérée comme compliquée étant donné la morphologie de son système urinaire), muguet (Seulement chez les utilisateurs d’inhalateur de corticostéroïdes), rhinite allergique et vaginite à levure.

3o6mbdv0acupgkle2i

Crédit photo : Les Simpsons

 

Il est à noter que le pharmacien devrait normalement prescrire à nouveau le médicament indiqué sur l’ordonnance de référence du médecin ou de l’IPS. Mais une justification clinique ou une rupture d’approvisionnement pourrait expliquer un autre choix de traitement, tant que celui-ci reste de puissance égale ou inférieure au traitement de base.

De plus, le pharmacien prévient le prescripteur de l’acte qu’il vient de faire.

 .

  1. Prescrire des analyses de laboratoire aux fins de la surveillance de la thérapie médicamenteuse

Les analyses de laboratoire servent à plusieurs choses pour votre pharmacien :

  • Valider la présence d’effets indésirables connus reliés à la prise d’un médicament.
  • Assurer le suivi des effets indésirables connus et des interactions médicamenteuses.
  • Assurer le suivi de l’efficacité de la thérapie médicamenteuse.

En gros, ça sert à surveiller l’efficacité et la sécurité de la thérapie. De plus, dans certains cas, ça pourra servir à valider qu’une thérapie est bien tolérée et efficace avant de décider de prolonger ou non une ordonnance (Voir acte #1).

L’intérêt de cette pratique vient du fait qu’on ne peut pas passer des tests de laboratoire sans ordonnance : «Tout travail effectué par un laboratoire de biologie médicale doit être effectué suite à une ordonnance signée par un professionnel habilité à signer cette ordonnance par la loi régissant l’ordre professionnel auquel il appartient».

Cet acte permet la prescription de certains tests de laboratoire (Cette liste concerne les pharmaciens pratiquant en pharmacie communautaire, soit votre pharmacie de quartier) :

  • Formule sanguine complète (FSC) : La FSC peut nous en apprendre beaucoup!
  • Temps de prothrombine (PT RNI) – INR : Les patients prenant un anticoagulant oral, la warfarine, doivent faire ce test régulièrement pour s’assurer de l’efficacité et de la sécurité de leur traitement.
  • Créatinine : Ce test est en lien avec la fonction rénale.
  • Électrolytes
  • Alanine transaminase (ALT)
  • Créatinine-kinase (CK)
  • Dosages sériques des médicaments
  • Glycémie
  • Hémoglobine glyquée (HbA1c) : Cette valeur permet d’évaluer l’équilibre glycémique des 2-3 derniers mois. C’est un peu un reflet de la gestion des glycémies.
  • Bilan lipidique : Pour les patients qui font du cholestérol, entres autres.
  • Hormone thyréotrope (TSH) : Pour les patients souffrant d’hypo ou d’hyperthyroïdie.

Et les tests de cette liste ont bien été choisis pour permettre de surveiller une thérapie médicamenteuse. Pas pour diagnostiquer! Le diagnostic est réservé au médecin.

Naturellement, afin d’éviter de faire passer des tests en double (Y’a toujours ben des limites à piquer du monde pour rien!), le pharmacien va d’abord s’assurer qu’il n’a pas accès à un résultat récent.

Il est bon de savoir que ces résultats seront transmis au médecin prescripteur. En fait, si le pharmacien obtient le consentement du patient à obtenir des résultats de laboratoire, le médecin l’obtient aussi du même coup.

.

  1. Administrer un médicament par certaines voies dans le but d’en démontrer l’usage approprié

Avaler un comprimé, ça va. Mais quand on tombe dans les crèmes, les pompes et tout le bataclan, ça peut devenir plus complexe!

crqv3iezzokpy
Crédit photo : Dr House

C’est pourquoi ils se sont dit, ceux qui ont travaillés aux nouveaux actes, que ça pourrait être bien pratique que votre pharmacien vous aide avec le mode d’emploi des médicaments par voie orale, topique, sous-cutanée, intradermique ou intramusculaire, ou par inhalation. L’un des buts derrière cet acte est de s’assurer que les traitements médicamenteux sont pris correctement pour le bénéfice de la thérapie et pour la sécurité du patient.

Par exemple, votre pharmacien pourrait vous expliquer comment vous injecter de l’insuline en le faisant à votre place une première fois, et même d’autres fois si cela est nécessaire.
.

Dernier détail

Lorsque ces actes ont été mis en place, il a été décidé que ces services seraient couverts par l’assurance médicaments et non par l’assurance maladie. Ce qui  veut dire que des frais de franchise, contribution ou coassurance pourraient s’appliquer et donc, un montant à débourser une fois à la caisse. Mais rassurez-vous, il ne s’agit pas de frais très élevés et ceux-ci peuvent vous sauver beaucoup d’attente à l’urgence!

giphy
Crédit photo : Looney Tunes

Meggan Bergeron

Étudiante en pharmacie 4ième année

Pharmacienne dans 2 mois et 10 jours (Je n’ai pas pu m’empêcher de vous partager mon décompte)

 

SOURCES

  • Loi 41. GUIDE D’EXERCICE. Les activités réservées aux pharmaciens. OPQ. 6 juillet 2015.
  • www.opq.org. Section Application de la Loi 41.
  • L-0.2, r. 1 – Règlement d’application de la Loi sur les laboratoires médicaux, la conservation des organes et des tissus et la disposition des cadavres. Gouvernement du Québec. 1er mars 2017.
  • www.loi41.com. Association des bannières et des chaînes de pharmacies du Québec (ABCPQ).
  • www.monpharmacien.ca. Rubrique sur les nouveaux services.

 

Crédit photo couverture : http://eafponline.eu

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s