Ma définition du rôle infirmier version Harry Potter

C’est bien connu, le rôle infirmier est tellement vaste qu’il arrive que même les meilleurs d’entre nous ont de la difficulté à s’identifier à l’intérieur du rôle infirmier. J’ai choisi de vous partager mon expérience parce que je ne me sentais pas à l’aise de vous rabattre les oreilles avec les théories infirmières et l’émancipation des infirmières sans d’abord vous expliquer comment j’ai découvert cette merveilleuse profession et ce qui me motive dans la voie que j’ai décidé d’emprunter. Mon aventure commence donc lors de ma deuxième année de cégep en sciences naturelles où tous mes amis s’inscrivaient à l’université en génie, en physio ou en médecine et où je me sentais un peu comme Harry chez les Dursleys ; tu sais que tu n’es pas comme eux, mais en même temps tu ne connais rien d’autre, donc t’essaies à ton tour d’entrer dans le moule jusqu’au jour où tout bascula. Je parle de littéralement basculer, étant donné que j’ai eu un accident de voiture et me suis retrouvée à l’urgence clouée à une civière avec un collier cervical. Rassurez-vous, je n’étais vraiment pas à plaindre, mais la personne à côté de moi dans la salle de trauma, l’était. Étant curieuse de nature, je tentais tant bien que mal de suivre des oreilles l’action se déroulant de l’autre côté du rideau et une voix attirait particulièrement mon attention par son leadership et ses actions. Lorsqu’elle est venue me parler et que j’ai reconnu sa voix, je lui ai demandé ce qu’elle faisait comme métier et elle m’a répondu : « juste infirmière », du même ton modeste avec lequel Harry avait répondu « juste Harry » quand Hagrid lui avait appris qu’il était en fait un sorcier. Comme on sait bien qu’Harry est un grand sorcier, je sais maintenant que cette infirmière un peu trop modeste possède des connaissances et des capacités que les « Moldus », dont je faisais partie à l’époque, ne comprendraient pas. Cependant, j’ai encore plus honte de ma réponse de « Moldue » de l’époque ; « juste infirmière? », avais-je dit avec une pointe de surprise. Je me rends maintenant compte que mon ignorance de l’époque n’avait rien d’un évènement isolé et qu’il m’a fallu presque trois ans d’étude pour arriver à expliquer mon rôle à mes proches.

 

Dans le cadre d’un de mes cours, j’ai eu l’occasion de lire le texte « From Silence to Voice : what nurses know and must communicate to the public » où les auteurs expliquent qu’une des meilleures façons de promouvoir la profession infirmière est en clarifiant notre rôle et en le partageant au grand public1. C’est pourquoi, j’ai décidé de vous partager ma définition du rôle infirmier selon les 5 fonctions infirmières de Dallaire2. Selon moi, ces fonctions expliquent bien les grandes idées qui façonnent de rôle infirmier.

 

Fonction 1 : Soigner comme Mme Pomfresh

giphy pompom
Crédit : Harry Potter et la chambre des secrets

Peut-être que je ne parviendrai jamais à faire repousser des os comme Mme Pomfresh, mais, selon moi, elle illustre bien la fonction de soin. Le soin comprend toutes les actions posées à l’endroit du patient et de sa famille dans le but de contribuer à son rétablissement, que ce soit par l’écoute active, la construction d’une relation soignante, un changement de pansement ou la prise de signes vitaux. Cependant, les soins changent énormément d’un département à l’autre. La raison pourquoi la population a de la difficulté à faire la distinction entre les tâches d’une infirmière en périnatalité versus une infirmière en chirurgie repose sur le fait que les deux portent le titre d’infirmière. En comparaison, moins de gens questionnent le rôle d’un obstétricien en opposition au rôle d’un chirurgien, pourtant les deux sont médecins. C’est aussi pourquoi je pourrais vous parler pendant des heures de la fonction de soins, mais me contenterai de la résumer comme étant tout ce qui relève de la santé. Je parle donc de l’évaluation du développement de l’enfant de 0 à 5 ans, de vaccination, de dépistage d’ITSS, d’initiation à la contraception, d’évaluation et traitement d’une plaie non complexe, de suivi de maladies chroniques, d’hygiène buccale, d’accompagnement en contexte de soins palliatifs et j’en passe. En résumé, ce qui se rapporte à des soins de santé sans relever du domaine pathologique devrait, selon moi, relever des soins infirmiers.

 

Fonction 2 : Éduquer comme Professeur McGonagall

giphy (2)
Crédit photo: Harry Potter et la coupe de feu

Malgré son aspect rigide, nous savons tous que Professeur McGonagall a un cœur tendre. La fonction d’éducation en soins infirmiers inclut non seulement l’éducation avec les patients au sujet de leur condition de santé, mais aussi l’éducation au grand public en ce qui a trait à la prévention, mais aussi à la clarification du rôle infirmier, comme ce que je m’efforce de faire maintenant. La fonction d’éducation est importante dans le travail de l’infirmière, mais aussi dans sa vie personnelle afin de faire valoir la profession auprès de tous ceux qu’elle rencontre.

 

Fonction 3 : Collaborer comme l’ordre du Phoenix

giphy (6)
Harry Potter et l’Ordre du Phénix

Malgré la diversité de l’ordre, leur alliance leur permet d’accomplir de grandes choses puisqu’ils savent utiliser chacun de leurs membres à leur plein potentiel. Que ce soit avec les infirmières auxiliaires, les préposés aux bénéficiaires, les physiothérapeutes, les pharmaciens, etc., l’infirmière se doit de collaborer avec chacun des professionnels de façon à ce que chacun puisse avoir l’information exacte au sujet du patient dans le but d’accomplir sa tâche au meilleur de ces capacités.

 

Fonction 4 : Coordonner comme Harry, Ron et Hermione

giphy (7)
Crédit : Harry Potter et le prince de sang-mêlé

Il est possible que ce lien vous semble flou, mais laissez-moi élaborer. Pour chaque quête, le trio élabore un plan, mais ils doivent constamment s’ajuster afin d’atteindre leur but. Et bien, la journée d’une infirmière ressemble sensiblement aux 20 dernières minutes de chacun des films. Lorsqu’on prend connaissance de nos patients, on est déjà en train de bâtir un plan dans notre tête et ce plan, évidemment, sera sujet à toute sorte de changements durant la journée que ce soit parce que ton patient vient d’arracher son TNG ou parce que tu reçois une nouvelle admission cinq minutes avant d’aller manger. Bien entendu, coordonner, c’est beaucoup plus que ça ; chaque fois que l’infirmière amasse des informations sur le patient, organise ses déplacements à l’intérieur du système de santé où lui fournit une porte d’entrée dans le système, l’infirmière contribue à la coordination des soins. En conclusion, si toi aussi, à l’instar d’Harry, tu te lances dans ta journée comme dans la chambre des secrets sans avoir prévu tout ton matériel pour détruire un journal ensorcelé, mais que tu t’ajustes en conséquence et parvient à tes fins ou que tu organises les déplacements de tes patients comme Hermione concocte du Polynectar pour entrer avec succès chez les Serpentards, et bien tu fais preuve de coordination.

 

Fonction 5 : Superviser comme Professeur Dumbledore

giphy (9)
Harry Potter et le prisonier d’Azkaban

 

Malgré le fait que mon exemple semble évident, je vous invite à penser toutes les fois où Dumbledore influence les actions d’Harry sans explicitement lui dire quoi faire et comment le faire. Il se contente de le guider, de veiller sur lui et de lui faire part de ses connaissances au moment opportun. La fonction de supervision fait référence à la façon dont l’infirmière collabore avec l’équipe soignante en restant aux faits des actions se déroulant sous sa charge et en apportant les informations nécessaires à la réalisation adéquate des soins. Ainsi, comme Dumbledore, l’infirmière veille à ce que le patient sous sa charge reçoive des soins optimaux de la part de l’équipe soignante en s’assurant que les membres la composant reçoivent l’information nécessaire aux soins.

 

Voilà, j’espère que ma petite analogie vous a plu. Sentez-vous libre de nous partager votre propre version du rôle infirmier, j’en conclus que cela n’est pas une mince affaire et qu’il faut plus d’une phrase pour y arriver.

Jasmine Lavoie, Étudiante inf.

 

 

Crédit couverture : Harry Potter avec montage low budget par l’équipe de La Gazette du Malin-Firmier.

 

Références :

  1. Buresh, B. & Gordon, S. (2006). From silence to voice: what nurses know and must communicate to the public. New York : Cornell University Press.
  2. Dallaire, C. (2008). Le savoir infirmier : au coeur de la profession. Montréal : Gaëtan Morin Éditeur.
  3. Buresh, B. & Gordon, S. (2006). From silence to voice: what nurses know and must communicate to the public. New York : Cornell University Press
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s