Le TDAH c’est pas comme le lapin de Pâques: ça existe! (partie 1 de 2)

 

capture-decran-2017-02-01-a-13-08-05
Source: La Presse

Dans mon billet précédent, j’ai réagi à cet article de la presse qui rapporte que, selon une étude, 12% des jeunes de 24 ans et moins ayant un diagnostic de TDAH (trouble du déficit de l’attention avec/sans hyperactivité) ont reçu une prescription d’antipsychotiques.

Cet article avait suscité de vives réactions chez les internautes, sur la page Facebook de La Presse. Cela m’a donné envie de briser certains mythes. J’ai débuté avec les antipsychotiques. Je poursuivrai cette fois-ci avec le TDAH. Dans cette «minisérie» de deux articles j’expliquerai ce qu’est le TDAH et discuterai de quelques réalités entourant ce trouble, en répondant à certains commentaires émis par des internautes*.

 

 

Mythe 1 : Le TDAH, c’est la nouvelle mode, ça n’existait pas avant!

bouger=santé.png pharmaceutique-passe

J’adore l’histoire, notamment parce qu’elle nous permet de mieux comprendre les enjeux actuels. Est-ce vrai que le TDAH n’existait pas avant? Est-ce que le TDAH est une conséquence de l’effritement de notre patience et notre attention portée à élever la marmaille ou même encore à l’apparition de la T.V. et des jeux vidéo ? Est-ce inventé suite à l’influence des compagnies pharmaceutiques?

Coup de théâtre : le TDAH a été décrit par un pédiatre anglais pour la première fois en 1902. À l’époque, c’était appelé « syndrome d’atteinte cérébrale ». On observait chez ces jeunes des comportements impulsifs, sans tenir compte des conséquences. Cette impulsivité était associée à des difficultés d’apprentissage1. Au fil du temps, on a appelé ce trouble « atteinte cérébrale légère » et « dysfonction cérébrale ». En 1970, le nom de TDAH a été inclus dans le Diagnostic and Statistical Manual (DSM) III2, ouvrage qui contient les critères des troubles mentaux, élaborés par une équipe d’experts (en passant, nous sommes présentement rendus au DSM V).

Concernant les traitements, dès les années 40, on réalise que l’administration de stimulants a un impact positif sur les comportements jugés problématiques. Le Ritalin est un exemple connu de stimulant. Les personnes présentant de l’hyperactivité et de l’impulsivité étaient plus calmes, et les personnes retirées avaient une meilleure interaction2. J’aborderai plus en profondeur les traitements, notamment la médication, dans la 2e partie de cet article.

Autrement dit, cela fait environ 115 ans que les experts s’intéressent à ce trouble! Ainsi, on observait des symptômes du TDAH bien avant l’apparition des téléviseurs dans nos foyers. Alors pourquoi a-t-on l’impression que c’est « nouveau »? Il y a plusieurs années, le trouble passait plus souvent inaperçu à cause du contexte social différent, mais il existait bel et bien. Par exemple, au Québec, la scolarisation est maintenant obligatoire jusqu’à 16 ans et est de plus en plus valorisée, voire nécessaire, pour répondre aux exigences de la société. Cela fait en sorte que les personnes atteintes de TDAH sont plus exposées à des situations demandant une concentration soutenue, ce qui met davantage en lumière leurs difficultés. Aussi, l’augmentation des connaissances et du dépistage expliquent en partie pourquoi il y a de plus en plus de diagnostics de TDAH3.

vintage.gif
Contrairement à la croyance populaire, le TDAH existe depuis longtemps

 

 

Mythe 2 : Laissez les enfants jouer et le TDAH disparaît ! C’est le gros bon sens !

tdah-nexiste-pas

Est-ce vrai que les symptômes de TDAH disparaissent lorsque les enfants font plus d’exercice? Le fait de bouger a un impact positif sur les symptômes, mais ne fait pas disparaitre le trouble comme par magie. Pour répondre à cette question plus en profondeur, je commencerai par expliquer ce qu’est le TDAH selon la recherche.

Les connaissances mondiales confirment qu’environ 5% des jeunes souffrent de TDAH, ce qui en fait le trouble mental le plus fréquent chez l’enfant. Également 2,5% des adultes seraient atteints4. Lorsqu’une horde de chercheurs et d’experts au travers le monde s’entendent pour dire la même chose, ça a de grosses chances d’être vrai.

Il y a trois grandes catégories de manifestations du TDAH5

  1. L’inattention, c’est la difficulté à rester concentré sur une tâche. La personne ne semble pas écouter quand on lui parle, a de la difficulté à suivre des consignes, a de la difficulté à organiser ses travaux et perd en moyenne huit paires de mitaines chaque hiver. C’est par exemple, mon collègue qui vient me voir régulièrement, désemparé, parce qu’au lieu d’écrire le nom de la personne avec qui il a rendez-vous dans son agenda, il a écrit son propre nom. Le tout, en se demandant où il a encore bien pu laisser ses clés.
inattention
L’inattention se caractérise par la difficulté à rester concentré
  1. L’hyperactivité, c’est avoir constamment le besoin de bouger. On dirait que la personne est montée sur un ressort et n’est pas capable de demeurer calme plus que quelques minutes. Elle peut jouer bruyamment lorsque le silence est requis et avoir de la difficulté à suivre des règles dans un milieu structuré. C’est par exemple le fils de mon ami qui gigote et se jette en bas de sa chaise en plein milieu du repas, malgré une éducation soucieuse de ses parents.

 

danse.gif
L’hyperactivité peut se manifester par une difficulté à rester en place

 

  1. L’impulsivité c’est avoir de la difficulté à contrôler ses pulsions. Cela peut se manifester par une incapacité à attendre son tour, couper la parole ou parler beaucoup. Dans certains cas, l’impulsivité peut mener à se blesser ou blesser autrui, par exemple en sautant en bas d’une haute clôture sans avoir mesuré les conséquences ou en bousculant brusquement un camarade pour avoir un ballon. Un autre exemple: ma nièce, dès son plus jeune âge, lançait sa suce à ma sœur, par la tête, en temps de contrariété. Avec le temps, les objets volants continuent de faire partie du paysage de la maison.
détruire ordi.gif
L’impulsivité, dans certains cas graves, peut mener à la colère, voire l’agressivité

 

Pour avoir le diagnostic, les symptômes doivent être présents la plupart du temps depuis l’enfance et durer depuis au moins 6 mois. Ils doivent se manifester dans plusieurs milieux, par exemple à l’école ET à la maison. La personne peut avoir des symptômes majoritairement inattentifs, majoritairement hyperactifs/impulsifs, ou les deux (type mixte)5. Bref, avec un même diagnostic, le portrait est très différent d’une personne à l’autre. Aussi, pour être considérés comme faisant partie d’un trouble, les symptômes doivent nuire à la qualité de vie (ex. la famille ne fait plus de sorties à cause des comportements jugés turbulents de l’enfant), le fonctionnement social (ex. incapacité à conserver ses amis) ou au fonctionnement scolaire (ex. échecs, suspension). Finalement, avant de poser un diagnostic de TDAH, les professionnels veillent à s’assurer que les symptômes ne sont pas causés par autre chose, par exemple une maladie physique comme un dérèglement hormonal, ou des problèmes familiaux comme la négligence ou une séparation6.

Essentiellement, le TDAH ce n’est pas juste le fait d’être très actif, c’est un ensemble de symptômes d’inattention, d’hyperactivité et d’impulsivité qui nuisent au fonctionnement et a, la plupart du temps, un impact significatif sur la famille.

 

Quelles sont les causes ?

Le TDAH est un trouble neurodéveloppemental, donc qui touche le cerveau et influence le développement. La cause est principalement génétique7.

À l’aide de scans cérébraux, une équipe de chercheurs ont démontré que la vitesse de maturation du cerveau est plus lente chez les enfants atteints de TDAH8. Les résultats sont illustrés dans  la vidéo ci-dessous. Plus la zone est foncée, plus les connexions du cerveau sont développées.

 

Ces découvertes ont démontré hors de tout doute que les symptômes du TDAH sont hors de la volonté des personnes atteintes ! Bref, c’est de bien mal comprendre le TDAH que de dire que le simple fait de bouger règle complètement le problème ! Cependant, le fait d’être actif, même s’il ne « guérit » pas le TDAH, peut favoriser le maintien de l’attention4. Mais il faudra lire la partie 2 pour en savoir plus…

Nous avons encore beaucoup à découvrir sur le sujet, mais les connaissances actuelles nous permettent d’affirmer la présence de ce trouble et l’impact significatif sur le développement des enfants. En résumé, le TDAH est un trouble qui touche le cerveau et occasionne un ensemble de symptômes inattentifs, hyperactifs et impulsifs qui affectent les comportements et nuisent au fonctionnement.

Vous n’êtes pas rassasiés? Vous voulez en connaitre davantage? Poursuivez votre lecture avec la partie 2 de 2 de ce billet en cliquant ici.

Andrée-Anne Choquette,  Inf. M.Sc.

 

 

Références

*Tous les commentaires sont des vraies réactions à l’article publié par La Presse: https://www.facebook.com/LaPresseFB/posts/10155733165923312

  1. Conners, C. K (2000). Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder – Historical Development and Overview. Journal of Attention Disorder, 3(4), janvier.
  1. Dubé, R. (1992). Hyperactivité et déficit d’attention chez l’enfant. Boucherville : Gaëtan Morin.
  1. Gouvernement du Québec (2003). TDAH. Agir ensemble pour mieux soutenir nos jeunes. Ministère de la santé et des services sociaux et Ministère de l’éducation. Document téléaccessible à l’adresse <http://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2003/03-formation.pdf &gt; . Consulté le 3 mars 2017.
  1. Benoît Hammarrenger (s.d.) Le TDAH. Site de l’Association Québécoise des Neuropsychologues (AQNP) téléaccessible à l’adresse <https://aqnp.ca/documentation/developpemental/tdah/>. Consulté le 3 mars 2017.
  1. American Psychiatric Association (2015). Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. 5e éd. Elsevier Masson
  1. Canadian ADHD ressource alliance (CADDRA) (2010). Lignes directrices canadiennes sur le TDAH, 3e édition. Document téléaccessible à l’adresse :<http://www.caddra.ca/pdfs/fr_caddraGuidelines2011.pdf&gt;. Consulté le 3 mars 2017
  1. Asherson, P. (2011) Génétique du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité. Document téléaccessible à l’adresse <http://www.enfant-encyclopedie.com/sites/default/files/textes-experts/fr/71/genetique-du-trouble-deficitaire-de-lattention-avec-hyperactivite.pdf&gt; . Consulté le 3 mars 2017.
  1. Shaw et al. (2007). Attention-deficit/hyperactivity disorder is characterized by a delay in cortical maturation. PNAS, 104(49), 19649–19654 http://www.pnas.org/content/104/49/19649.full

 

GIFS

Classe vintage : http://giphy.com/gifs/vintage3d-vintage-3d-school-4pTxd5BE9rD3O

Hyperactivité : http://popkey.co/m/7gJLb-kristen+wiig-snl-dancing-crazy

Impulsivité : http://popkey.co/m/0J53o-computer-destroy-nope

Inattention : http://giphy.com/gifs/jack-black-miranda-cosgrove-school-of-rock-2DD3HFPltGS08

 

Publicités

Publié par

Andrée-Anne a terminé ses études mais n'a pas quitté l'école. Elle s'y sent tellement bien après 10 ans d'études universitaire qu'elle a décidé d'y faire carrière. Enseignant principalement dans les domaines de la santé mentale et l'approche familiale, elle ne se lasse jamais d'en parler, si bien qu'elle a décidé de se joindre à l'équipe du blogue pour pouvoir en parler encore plus. Conséquemment, ses textes porteront évidemment sur la santé mentale ainsi que différents enjeux sociaux associés, ses sujets préférés. Coquette et fière, elle aime bien se filmer dans sa cuisine pour vous vulgariser les différentes caractéristiques des troubles mentaux de façon ludique et imagée. Ne pensez pas qu'elle n'est qu'une geek qui a passé toute sa vie à chercher dans des banques de données! Non non! Parallèlement à ses études elle a travaillé dans plusieurs endroits passionnants. Elle a débuté sa carrière en détention, avant d'oeuvrer dans un centre de réadaptation en dépendance pour finalement poursuivre son travail dans la rue. Elle a hâte de vous en parler.

3 commentaires sur « Le TDAH c’est pas comme le lapin de Pâques: ça existe! (partie 1 de 2) »

  1. Très pertinent.
    J’aurais aimé que ce soit des images et non des GIF (qui bougent) dans le texte. C’est vraiment difficile de lire pour moi qui ai un TDA quand ça bouge dans mon écran. J’ai caché les GIF avec ma main pour être capable de lire. 😉

    Bonne soirée!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s