La profession infirmière. Qu’est-ce que c’est?

Définir la profession infirmière est aussi ardu que d’expliquer à ma mère que l’acronyme «lol» ne se porte pas à toutes les sauces, ou encore d’expliquer à mon père comment fonctionne son ordinateur. À bien y penser, ça relève de l’impossible. Désolé papa, t’es une cause perdue avec l’informatique.

Crédit : The OA - Part II
Crédit : The OA – Part II trailer

Pourtant, ça semble si simple. Elle prend des pressions, donne des médicaments, fait des prises de sang et obéit aux ordres du médecin, pas vrai? Et si on en croit les séries télévisées, elle masturbe ses patients, couche avec les médecins, vole des narcos et est soit bête, soit bitch, soit nounoune. En fait, c’est légèrement plus complexe que ça, être infirmière. (Une chance).
Si on m’avait demandé de définir la profession infirmière à ma première session d’université, ma réponse se serait probablement rapprochée d’un bruit de bouche ressemblant à «prout».

Crédit : How I Mey Your Mother
Crédit : How I Mey Your Mother

En deuxième année, j’aurais probablement pondu une version modeste et unilatérale de la réponse que je vais donner aujourd’hui, à l’aube de ma graduation. Et dans 20 ans, je donnerai probablement une version sensiblement différente.

Le champ d’exercice d’un infirmier est si vaste qu’il n’aura pas assez d’une vie pour toucher à tout ce que sa profession lui permet de faire (sauf si il a les mêmes gênes que Wolverine et vit éternellement).  Mais qu’il soit en chirurgie, en santé mentale, en pharmacie, en  CLSC, en soins à domicile ou en obstétrique, ce qui rallie tous les infirmiers  sous le même toit, c’est leur dévotion, leur don de soi et leur désir d’aider.

Crédit : The Wolverine

Bien évidemment l’infirmier va s’intéresser au domaine clinique. Il sait mobiliser et utiliser ses connaissances scientifiques ainsi que son jugement clinique pour évaluer le patient dans sa globalité dans le but de promouvoir, maintenir ou améliorer la santé. L’infirmier est autonome dans sa pratique et collabore avec une multitude de professionnels de la santé, et comme plusieurs autres professionnels, il met à jour ses connaissances via des heures de formation continue, et ce, tout au long de sa carrière. L’infirmier a plusieurs  responsabilités qui sont régies par la loi. Pour n’en nommer que trois, il peut notamment initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques, évaluer la condition physique et mentale ou encore, faire des suivis de grossesse. Mais outre le clinique. Outre les prises de sang, la paperasse à remplir, les médicaments, les tubes nasogastriques, les pansements à changer, les soins de plaies. Outre sa capacité à distinguer le normal de l’anormal. Outre l’ensemble de ses connaissances cliniques. Outre tout cela. Ce qui distingue vraiment l’infirmier c’est sa présence, sa proximité et son intérêt pour la globalité de son patient.

L’infirmier est toujours présent ; du début à la fin de la vie, à l’hôpital, à domicile, à l’école, dans les cliniques, dans la rue et parfois même, dans votre pharmacie. Il est même parfois dans les bars ou dans les casinos, non pas pour boire danser ou jouer, mais pour travailler. Bon, pas toujours. Il lui arrive parfois d’être en congé et de s’amuser. Bref! L’infirmier, il s’intéresse à son patient dans sa globalité.

C’est un peu comme un parent poule.

L’infirmier, veut tout savoir. Comment ça va à la maison? Et vos enfants? Comment avez-vous dormi cette nuit?

Il s’inquiète et s’inquiétera toujours de tout. Avez-vous de la douleur? Avez-vous été à la selle? Avez-vous de l’anxiété? Avez-vous bien mangé? Êtes-vous confortable? Comment allez-vous retourner à la maison?

Il enseigne, il donne des conseils. Il vous montrera comment vous piquer, quoi surveiller quand vous retournerez à la maison, comment gérer votre diabète, comment allaiter votre nouveau bébé et comment changer sa couche ou lui donner son bain. Il vous dira qui rejoindre en cas de besoin.

Il console lorsqu’il y a des journées où ça va moins bien et prête une oreille attentive au patient tout comme à la famille.

Il accompagne et suit tout au long de l’expérience de santé. Il aide à cheminer et réfléchir pour prendre les décisions qui conviennent le mieux, pour le patient et sa famille.

Et encore, je ne parle pas des infirmiers qui enseignent dans les collèges et les universités, ni de ceux qui occupent des postes administratifs, des postes de gestion, ou qui s’intéressent activement à la politique ou à la recherche. On pourrait même mentionner ceux qui écrivent pour un blogue et font des vidéos Youtube, sans vouloir me lancer des fleurs.

Crédit : Charlie Chaplin
Crédit : Charlie Chaplin

C’est complexe la profession infirmière, aussi complexe que d’expliquer à ma mère qu’elle ne peut pas utiliser «lol» dans tous les contextes. J’taime pareil maman.

Crédit image à la une : http://www.esicm.org

Publicités

Publié par

À défaut de pouvoir écrire pour la Gazette du Sorcier, j'ai crée la Gazette du Malin-Firmier!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s