A, pour Avril, mais aussi pour l’autisme !

Oui, oui, je sais. Vous me dites : «Voyons Sarah, le mois d’Avril est passé, on est le mois de Mai, maintenant ! Veux-tu bien nous laisser tranquille avec ça ?» La réponse est : «Bien sûr que non !» C’est plus fort que moi, il fallait que je vous parle du mois d’Avril. Ce n’est pas parce que mon anniversaire se déroule dans ce même mois. Non, non, non ! Je veux vous parler de l’autisme, puisque Avril EST le mois de l’autisme. Ahhhh ! Je tiens grandement à vous parler de ce sujet, puisque c’est une des nombreuses causes qui me tient à cœur. Travailler avec des personnes ayant un trouble du spectre autistique pendant quelques étés a été fascinant et enrichissant! Mais avant de vous parler de cette problématique et de l’avancement de la cause au cours du dernier mois, il demeure important, comme dans tout bon article, de vous expliquer ce qu’est le trouble du spectre autistique! Heeerreeee we goooo!

Humm… C’est quoi le trouble du spectre de …. enfin, l’autisme ? 

L’autisme, ou selon le terme du DSMV (la bible de la santé mentale), le trouble du spectre de l’autisme, est marqué par des déficits neurologiques chez une personne touchant les aspects de la communication verbale, non-verbale et socio-émotionnelle ainsi que l’interaction sociale dans le quotidien. Ce trouble est dit «neurodéveloppemental», puisque sa manifestation se fait au fil du développement, commence généralement dans la période de la petite enfance et devient plus important lors de l’entrée à l’école. La façon de traiter l’information de leur environnement est différente des personnes dites neurotypiques qui désignent les gens qui n’ont pas un trouble du spectre autistique. Une personne sur 88 est touchée par ce trouble dans la population en général. Dans cette même bible de la santé mentale, on définit les manifestations de l’autisme sur un spectre. Pourquoi un spectre ? Comme le spectre de lumière UV? Comme le dernier film Spectre de l’agent 007?  Ce n’est pas tout à fait le même spectre, mais c’est pour cause que l’autisme est différent d’une personne à l’autre et que ses manifestations sont différentes et à différents degrés. La sévérité de l’autisme se définit par un besoin de soutien, par un besoin important de soutien ou par un besoin très important de soutien, en fonction des capacités de communication sociale et des comportements répétitifs et rigides de la personne.

Source : The Big Bang Theory

On retrouve chez ces personnes des routines plus rigides et peu flexibles ainsi que des comportements de répétition et stéréotypés, comme répéter ce que la personne devant elle lui dit, se balancer sur elle-même, etc. Également, la personne ayant un trouble du spectre autistique présente des intérêts ou des activités spécifiques et restreints.  Chez les personnes autistes, l’anxiété est généralement présente et ressentie avec une grande intensité lorsque, par exemple, une activité qui était initialement prévue à l’horaire ne l’est plus. Enfin, elle présente également ce qu’on appelle de l’hyposensibilité ou de l’hypersensibilité au niveau des cinq sens, mais ne touche pas nécessairement tous les sens à la fois. Pour ce qui est de l’hyposensibilité,  une forte stimulation est nécessaire pour être détecté par un de ses organes sensoriels (yeux, nez, bouche, toucher, oreille). Par exemple, une personne peut rechercher grandement le besoin de sentir les choses qu’elle trouve dans son environnement (hyposensibilité olfactive) ou peut, par exemple, écouter de la musique très près des oreilles (hyposensibilité auditive). Pour ce qui est de l’hypersensibilité,  une faible stimulation d’un sens en particulier suffit pour être détecté par ses organes sensoriels. Par exemple, une personne peut démontrer un grand dégoût envers la texture du yogourt dans sa bouche (hypersensibilité au niveau du goût)  ou avoir une réaction forte lorsqu’elle est dans un environnement bruyant (hypersensibilité auditive).

Le vaccin: une cause importante de l’autisme ? 

La réponse à cette question est : Non, juste…non! Aucune étude ne rapporte que le fait de vacciner votre enfant,  cause l’autisme. J’ai trouvé pour vous une méta-analyse qui aborde le sujet. C’est quoi ça vous allez me dire? C’est une étude portant sur plusieurs études, soit une inception (ouais, comme le film) d’études dans une étude, ou on pourrait dire que c’est comme la poupée russe aussi… Enfin, bref! Cette étude, qui rassemblent cinq études suivant une cohorte d’un total de 1 256 407 enfants et cinq études portant sur des cas uniques de 9 920 enfants tous atteints du trouble du spectre autistique à différents niveaux, démontre qu’il n’y a pas de lien important entre le développement de l’autisme et les vaccins (Taylor, Swerdfeger, et Eslick, 2014).

Crédit : College Humor

Il semble y avoir des causes autres de plus en plus investiguées, mais qui ne sont toutefois pas encore confirmées. Entre autre, l’exposition à des produits toxiques dans l’environnement tel que les phtalates, qui sont utilisés comme plastifiants et qui sont présents, entre autre, dans les chaussures, les produits de cosmétique, les jouets pour enfant, etc., les solvants ainsi que les pesticides seraient associés à des biomarqueurs en lien avec l’autisme. On pense que l’exposition à des produits toxiques pourrait à contribuer à modifier les gènes, ce qui pourrait causer l’autisme (Rossignol, Genuis et Frye, 2014). MAIS ATTENTION! Il ne faut pas crier au scandale tout de suite, se partir un blogue sur comment éliminer l’autisme en 5 étapes faciles en décidant de ne plus chausser vos enfants ! NON, C’EST VRAIMENT NON, BIG! Les résultats de ces études sur les causes environnementales et génétiques sur l’autisme sont pas tant su’a coche ont besoin d’être davantage examinés, puisqu’ils sont TRÈÈÈÈÈSSS préliminaires et qu’ils sont basés sur quelques cas uniques par ci, par là. Donc, les causes de l’autisme demeurent inconnues pour le moment.

«Heille Sarah, j’ai entendu dire que l’autisme pouvait se guérir, c’est ti vrai ça ? Genre, un régime sans gluten?!»

Non, l’autisme ne se guérit pas! Ensuite, le gluten. HA!  En fait, les études portant sur les régimes sans gluten ne permettent pas de guérir l’autisme et les résultats des études à ce sujet sont relativement controversés. Donc, à savoir si l’adhérence à un régime sans gluten ou à un régime sans caséine (qui se retrouve dans les produits laitiers) permet de diminuer les symptômes de l’autisme, ce n’est pas très claire. Certaines études avancent que possiblement oui (Whiteley, Shattock, Knivsberg, Seim, Reichelt, Todd et al., 2013) alors que d’autres études ayant des devis plus rigoureux démontrent que non (Elder, Shankar, Shuster, Theriaque, Burns, & Sherrill, 2006; Hyman, Steward, Foley, Cain, Peck, Morris, et al., 2016).

Des interventions éducatives telles que les méthodes TEACCH (en français, le Traitement et éducation des enfants autistes ou souffrant de handicaps de la communication), ICI (aussi appelé ABA ou LOVAAS), qui consiste à modifier le comportement par une éducation intensive, et PECS, qui est un système de communication par des images, sont utilisés auprès des jeunes autistes. Celles-ci leur permettent de s’accommoder dans leur environnement, tout en tenant compte de leur condition et de leur capacité.

Les campagnes et les avancements dans la cause des personnes ayant un trouble du spectre autistique

Le mois d’avril 2016 a contribué dans les médias à conscientiser les gens sur ce trouble, ce qui est une excellente nouvelle. Yéééééé! Entre autre, par la création de la fondation Véro et Louis par Véronique Cloutier et Louis Morissette qui consiste à amasser des sous pour permettre l’aménagement d’une maison adaptée aux jeunes autistes âgés de 21 ans et ce, dans un environnement stimulant et sécuritaire (lien: http://fondationverolouis.com).

Au cours du dernier mois, la Fédération québécoise de l’autisme présentait, sur sa page Facebook que je vous invite à aimer (lien: https://www.facebook.com/autisme.qc.ca/?fref=ts), un bref portrait de personnes autistes en et les présentaient  par leurs activités préférés ou par des anecdotes de leur quotidien.

En outre, il est très encourageant de voir les nombreuses initiatives pour faire connaitre la réalité des personnes autistes, de leur façon de voir le monde sous un autre œil, d’autant plus qu’ils méritent d’être connu davantage!

Sarah Porlier, étudiante en psychologie.

Sources: 

American Psychiatric Association. (2013). Neurodevelopmental Disorders. Dans Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.), Arlington, VA : American Psychiatric Association, p. 31-86.  

Elder, J. H., Shankar, M., Shuster, J., Theriaque, D., Burns, S., & Sherrill, L. (2006). The Gluten-Free, Casein-Free Diet In Autism: Results of A Preliminary Double Blind Clinical Trial.

Fédération québécoise de l’autisme. (Consulté le 27 avril 2016). http://www.autisme.qc.ca

Hyman, S.L., Steward, P. A., Foley, J., Cain, U., Peck, R., Morris, D. D., Wang, H., & Smith, T. (2016). The gluten-free/casein-free diet : A double blind challenge trial in children with autism. Journal of Autism and Developmental Disorders, 46, 205-220.

Mari-Basset,S., Zazpe, I., Mari-Sanchis, A., Llopis-Gonzalez, A., & Morales-Suarez-Varela, M. (2014). Evidence of a gluten-free and casein-free diet in autism spectrum disorders: a systematic review. Journal of Child Neurology, 29(12), 1718-1727.

Rossignol, D.A., Genuis, S.J., & Frye, R.E. (2014). Environmental toxicants and autism spectrum disorders: a systematic review. Translational Psychiatry, 4(11), 1-23.

Taylor, L. E., Swerdfeger, A. L., & Eslick, G. D. (2014). Vaccines are not associated with autism: An evidence-based meta-analysis of case-control and cohort studies. Vaccines, 32, 3623-3629.

Whiteley, P., Shattock, P., Knivsberg, A.M., Seim, A., Reichelt, K. L., Todd, L., Carr, K., & Hooper, M. (2013). Gluten- and casein-free dietary intervention for autism spectrum conditions. Frontiers in Human Neuroscience, 6 (344), 1-8.

Source de l’image couverture : http://www.chicagoautismacademy.com

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s