Pourquoi les préjugés en santé mentale, c’est con

Un préjugé, c’est con.
Des préjugés sur les personnes atteintes de problématique de santé mentale, ça frôle le ridicule.
J’ouvre le bal avec la question suivante : est-ce que la maladie mentale est si différente de la maladie physique? Je ne t’offre pas le loisir d’y réfléchir car moi je te donne ma réponse : non.

«Mais voyons donc, ça pas d’allure ce que tu dis».
Woh menute papillon. Si on prend une personne qui souffre d’insuffisance cardiaque, on comprend que son cœur est malade, et personne ne dévisage ou ne juge cette personne. Si on prend une personne qui souffre d’un diabète de type 1, on comprend que son pancréas est malade, et personne ne dévisage ou ne juge cette personne. Si tu prends une personne qui souffre d’une dépression, on comprend (oui, je te l’apprend) qu’il y a un débalancement au niveau des neurotransmetteurs du cerveau et celui-ci est, en quelque sorte, malade. Par contre, plusieurs jugent et critiquent cette personne. Pourtant, le cerveau est un organe au même titre que le cœur, le foie ou le pancréas.

«T’es juste lâche. Tu veux juste pas travailler. Bottes-toé dont le cul»
Pourquoi, lorsqu’une personne souffre d’une problématique de santé mentale, nous croyons que cette personne fait exprès et qu’elle a le pouvoir de changer en claquant des doigt?  Est-ce qu’on va dire à une personne diabétique que son pancréas est juste lâche? Est-ce qu’on va regarder ce même diabétique et lui dire de se botter le pancréas pour le faire travailler? Non. Parce qu’on sait pertinemment que c’est pas d’même que ça marche. Pourtant, on se le permet avec une personne souffrant de maladie mentale. Ben, c’est pas d’même que ça marche.

Tu as une schizophrénie et tu entends des voix? Concentre-toi et ignore-les, ça va aller. Tu es bipolaire et tu as des «up and down»? Ben là, gère toi un peu pis ça va bien aller. Tu fais des attaques de panique et tu es stressé à l’idée de sortir dans un lieu public? Ben là, franchement, prend tes clics pis tes clacs pis déguédine, s’pas sorcier. Pourtant, tout ça, ce sont des signes et symptômes d’un cerveau malade, au même titre que l’essoufflement peut être un des signes d’un insuffisance cardiaque.

«Avec un peu de volonté là, tu pourrais être normal»
Adaptons ce conseil à un patient diabétique (ben oui, je me renouvelle pas dans mes pathologies, c’est pour que ça soit facile à lire).
Aujourd’hui mon p’tit pancréas, tu vas produire de l’insuline, ok? Ça te tente pas d’être normal et d’être fonctionnel comme tout le monde? Tu pourrais faire un effort messemble. J’sais pas là, mais tout le monde a un pancréas qui fonctionne, s’pas si compliqué pourtant produire de l’insuline pis être normal.

Voyez-vous comment ce monologue est d’un incroyable ridicule? On le voit tout de suite que ça ne fait aucun sens. Pourtant, c’est ce qu’on demande à une personne souffrant d’une problématique de santé mentale, de faire un effort pis d’être normal.

En conclusion, si tu as une seule chose à retenir de ce texte, c’est que la maladie mentale, c’est un peu comme une maladie physique et la prochaine fois que tu as des préjugés, je t’invite à faire trois choses. La première est de transposer ton préjugé à une personne souffrant d’un problème de santé physique (tsé, comme le diabète), reconnaître que ça l’a aucun sens et finalement, en faire abstraction. On estime qu’un Canadien sur cinq souffrira au cours de sa vie d’une problématique de santé mentale et que tous les Canadiens sont indirectement touchés par la problématique. Ça fait long longtemps vivre une vie entouré de gens envers qui on a des préjugés.

Crédit photo couverture : http://static.parade.com/

Source : Association canadienne pour la santé mentale

Publicités

Publié par

À défaut de pouvoir écrire pour la Gazette du Sorcier, j'ai crée la Gazette du Malin-Firmier!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s