Les ECOS : Évaluation Catastrophique Officiellement Satanique

Si vous avez des amis qui étudient dans le domaine infirmier, vous les avez surement déjà entendu parler d’ECOS. Croyant peut-être qu’ils parlaient de l’Écosse, vous vous n’êtes pas posé davantage de questions. Et bien, sachez que les ECOS sont des examens pratiques. ECOS signifie Examen Clinique Objectif Structuré. Moi, de mon côté, j’ai plutôt l’impression que ECOS signifie Examen Catastrophique Officiellement Satanique. Personnellement, je trouve que les ECOS sont les pires évaluations. J’emmerde les ECOS. Je déteste les ECOS. Les ECOS, c’est ma mort. Je me dis que si je me retrouve en enfer plus tard, c’est certain que Satan me fait passer des ECOS (car ils sont d’origine satanique).

Crédit : Wreck-it Ralph

Grossièrement, les ECOS se déroulent de la façon suivante : tu attends devant une porte, un signal t’indique qu’il est temps d’entrer, tu lis la vignette clinique et tu dois procéder à la tâche qui t’est demandée.

À la personne qui s’est levée un matin en se disant: «Hey ! On pourrait faire des ECOS, ça serait trop une bonne façon d’évaluer les étudiants en les plaçant dans une situation réaliste, sérieux», et bien je ne t’apprécie pas. À toi, mystérieuse personne qui n’a jamais fait d’ECOS, mais qui a eu la brillante idée de les inventer, laisse-moi te dire ce que l’on ressent quand on fait un ECOS.

Étape 1 : LE RÉVEIL
Il y a certaines personnes dans la vie qui elles, se réveillent doucement, en entendant le délicat chant des oiseaux, tsé, un réveil digne d’un film de Disney. Pendant ce temps, toi, tu te réveilles stressé, les yeux injectés de sang en entendant l’affreux chant d’une des quatre alarmes que tu as programmé.

Crédit : Sleeping Beauty

ÉTAPE 2 : LE DÉJEUNER
Normalement, pour déjeuner, tu apprécies un bagel avec du fromage à la crème et un bon café. Mais pas le matin de l’ECOS. Le matin de l’ECOS, tu manques vomir chaque bouché de ton bagel. Et lorsque tu essaies de boire ton café, tu as l’impression d’être un peu dysphagique et que le tout va se terminer en pneumonie d’aspiration. Donc, ce matin-là, tu dois négocier un peu avec ton estomac. «Voyons, tu aimes ça d’habitude ce déjeuner-là, c’est quoi le problème à matin»? Et l’estomac de te répondre «Fuck you, arrange-toi avec le cortisol» (l’hormone du stress). Résigné, tu jettes ton déjeuner et tu pars.

Lien :
«Je pense que je vais vomir ou mourir.» Crédit : Ça 

ÉTAPE 3 : L’ATTENTE
L’attente est atroce. L’attente correspond au temps où tu patientes devant la porte qui te sépare de l’ECOS. Moi je l’appelle la porte de l’enfer, tsé, vu que les ECOS sont d’origine satanique. Tu regardes frénétiquement ta montre et tu attends l’horrible coup de sifflet qui manque te faire mourir d’une crise cardiaque à chaque fois que tu l’entends. Durant cette période, tu te questionnes sur tes choix de vie et tu songes peut-être réorienter tes études. Mais trop tard parce que… *FFFFFFUIIIITTTT*. (C’est comme ça que j’imagine le bruit du sifflet)

Je haïs les portes! Crédit : New Girl

Étape 4 : L’ECOS
Après que ton cœur ait oublié de battre pendant quelques secondes, tu tournes la poignée de la porte de l’enfer et tu entres. Tu analyses rapidement ton environnement et tu te propulses vers la table où est affichée la situation de la même façon que tu te propulserais sur une poutine après n’avoir rien mangé pendant 2 jours. Tu lis la situation deux fois, parce qu’à la première lecture, tu n’as absolument rien compris et tu commences à expliquer, en bégayant, à l’évaluateur ce que tu fais. Tu trembles. Tu déchires tes gants parce que tes mains sont trop moites. Tu exploses la fiole de médicament. Tu fais tomber par terre tout ce que qui est humainement possible de faire tomber dans la pièce. Tu réfléchis tellement vite que tu as de la difficulté à comprendre tes propres raisonnements et tu as l’air d’avoir autant d’activité cérébrale qu’une chenille qui digère son repas de feuille en se prélassant au soleil. L’évaluateur te regarde, et il peut aisément lire l’horreur dans tes yeux. Les yeux écarquillés, les pupilles dilatées, tu as le système nerveux sympathique dans le tapis. Jusqu’à ce que *FUUUUIITTTT*, nouveau coup de sifflet, c’est la fin.

Crédit : How I Met Your Mother

ÉTAPE 5 : POST-ECOS

À ce moment, tu as terminé tes ECOS et tu n’as qu’une chose en tête : pleurer ta dignité perdue derrière les portes de l’enfer. Ah, tu penses aussi à manger… parce que le cortisol fait bien des miracles, mais ça n’équivaut pas une poutine. Mmmm…

Crédit : ztele

Crédit photo couverture : How I Met Your Mother

Publicités

Publié par

À défaut de pouvoir écrire pour la Gazette du Sorcier, j'ai crée la Gazette du Malin-Firmier!

Un commentaire sur « Les ECOS : Évaluation Catastrophique Officiellement Satanique »

  1. Dommage que les ECOS n’existent plus. C’était TRÈS divertissant à faire passer à la nouvelle génération d’infirmières et infirmiers. 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s